MÀJ PROJETS CV TEXTES

CONTACT

EXTRA

BRASSER DE L'AIR
LIFE ON MARS ?
MOTUS ANIMI CONTINUUS
LE DÉBUT DE LA FIN
LA CHALEUR DE L'USURE
RÉÉCRITURES
MAINMISE : THE MEDIUM IS THE MESSAGE
CRAAACK !
QUÉBEC CHASSE ET PÊCHE, LA PREMIÈRE DÉCENNIE
RUE NOTRE-DAME,1887
LE CRI WILHEM
LA VIE APRÈS LA MORT
DANS LA SALLE DE PRESSE
FANTOMATIQUE
À L'AFFÛT ET À L'ÉCOUTE
BARDA
LE BRUIT ET LE SILENCE
146 SECONDES D'ÉCOUTE
SUR LA CÔTE D'ABRAHAM
DE L'AUTRE CÔTÉ
POURQUOI MARCHER ?
THE END
ALLERS-RETOURS
RETOURNER SA VESTE
LA 132 SANS VOITURE OU PRESQUE
UNE SEPTIÈME LEÇON SUR LE SON ET LE SENS
AUTRES CONSIDÉRATIONS SUR LE TEMPS QUI PASSE
CHRONOLOGIE DE LA LENTEUR
PIANO PIECE #4
AU 18, RUE DE ...
DERNIER MOUVEMENT
6 CHEMINS D'UN LIT À L'AUTRE
5 LIVRES PRATIQUES
PASSAGES
PRENDRE LA PORTE
DES COURANTS D'AIR
SYSTÈMES DE SONS
DES LIGNES DE HAUTEUR
I.E
VERS LA POUBELLE
LES UNITÉS
2 MINUTES 23
IN/OUT
DANS LA POUBELLE
C.A.D
DÉCHIRURE
DYNAMO
SOUS-SOL
TRI-
DEUX-PIÈCES
LE LIT
L'ANGLE MORT
CODE D'ACCÈS
PARKING

   
Barda, installation vidéo pour deux projections et trois enceintes sonores. HD, 12min. 2011  
 

Des bruiteurs sont invités à sonoriser des images documentaires captées dans la ville et sélectionnées pour leur potentiel de complexité sonore. En installation, les différentes versions sonores de la bande audio sont diffusées synchrone dans l'espace de diffusion. Le visiteur fait l’expérience d’une écoute multiphonique simultanée tout en ayant la capacité de privilégier l’une ou l’autre des sources sonores.

« Pour Barda, l’artiste a filmé des séquences tout à fait familières mais pleines de potentiels sonores : le jardin, la promenade, le chantier, et autres. Ayant laissé ces scènes muettes, il a invité trois bruiteurs à en recomposer le son. Les bandes sonores qui en résultent sont diffusées synchrones dans l’espace d’exposition. Le spectateur les entend simultanément ou peut se rapprocher d’une des sources pour isoler (imparfaitement) une des bandes. Au-delà des moments et des lieux qu’ils semblent décrire, ces quelques tableaux, traçant l’irrévocable interstice entre son perdu et son reconstitué, entre le chevauchement des images et leurs interprétations, documentent le doute, un espace-temps rendu incertain. »