MÀJ PROJETS CV TEXTES

CONTACT

EXTRA

BRASSER DE L'AIR
LIFE ON MARS ?
MOTUS ANIMI CONTINUUS
LE DÉBUT DE LA FIN
LA CHALEUR DE L'USURE
RÉÉCRITURES
MAINMISE : THE MEDIUM IS THE MESSAGE
CRAAACK !
QUÉBEC CHASSE ET PÊCHE, LA PREMIÈRE DÉCENNIE
RUE NOTRE-DAME,1887
LE CRI WILHEM
LA VIE APRÈS LA MORT
DANS LA SALLE DE PRESSE
FANTOMATIQUE
À L'AFFÛT ET À L'ÉCOUTE
BARDA
LE BRUIT ET LE SILENCE
146 SECONDES D'ÉCOUTE
SUR LA CÔTE D'ABRAHAM
DE L'AUTRE CÔTÉ
POURQUOI MARCHER ?
THE END
ALLERS-RETOURS
RETOURNER SA VESTE
LA 132 SANS VOITURE OU PRESQUE
UNE SEPTIÈME LEÇON SUR LE SON ET LE SENS
AUTRES CONSIDÉRATIONS SUR LE TEMPS QUI PASSE
CHRONOLOGIE DE LA LENTEUR
PIANO PIECE #4
AU 18, RUE DE ...
DERNIER MOUVEMENT
6 CHEMINS D'UN LIT À L'AUTRE
5 LIVRES PRATIQUES
PASSAGES
PRENDRE LA PORTE
DES COURANTS D'AIR
SYSTÈMES DE SONS
DES LIGNES DE HAUTEUR
I.E
VERS LA POUBELLE
LES UNITÉS
2 MINUTES 23
IN/OUT
DANS LA POUBELLE
C.A.D
DÉCHIRURE
DYNAMO
SOUS-SOL
TRI-
DEUX-PIÈCES
LE LIT
L'ANGLE MORT
CODE D'ACCÈS
PARKING

   
Rue Notre-Dame, 1887, installation vidéographique et sonore, 2013.
double projection HD sur socle et dispositif à 6 hauts-parleurs , n&b, 12min (en boucle).
 

 

 

Réalisation : Frédéric Lavoie
Bruitage : Alexis Farand, Sabin Hudon, Lise Wedlock.
Voix : Yasmine Amor, Vincent Lafrance, Mathieu Latulippe, Martin Vaillancourt.
Mixage : Bruno Bélanger, studio Prim.
Spatialisation : Frédéric Dutertre, studio sporobole.

l'artiste remercie le Musée McCord pour lui avoir accordé la permission d'utiliser l'image Déneigement, rue Notre-Dame, Montréal, QC, vers 1887 ainsi que le centre d'artiste PRIM pour avoir supporté la production de la bande sonore de l'oeuvre.

«L'un des intérêts de Frédéric Lavoie réside dans les relations complexes qui relient l'expérience sonore au visuel. Dans Rue Notre-Dame, 1887, il intègre une image d'archive de la collection du musée McCord de Montréal ayant pour titre Déneigement, rue Notre-Dame, captée autour de 1887. Le défi consiste à ouvrir une brèche temporelle dans cette image fixe afin de nous faire vivre l'expérience sonore qui déborde sur l'avant et l'après du moment de la photographie. L'installation plonge d'abord le spectateur dans le noir pendant l'écoute, face à un écran de projection accessible de part et d'autre. La projection ne s'allume qu'au moment de la « prise de vue » ayant donné naissance à la photographie et c¹est alors seulement que l'on peut découvrir cette image à laquelle le portrait sonore fait référence : le
hennissement des chevaux, les bruits de pics et de pelles, les éclats de voix des passants et des travailleurs Quand arrive le moment de la photographie, tous en profitent pour prendre une pause. Le calme s'installe, le silence presque. Et puis ça recommence. »

Louise Déry, exposition À Montréal, quand l'image rôde, 5 octobre 2013 au 5 janvier 2014, Le Fresnoy, Tourcoing (France).