MÀJ PROJETS CV TEXTES

CONTACT

EXTRA

BRASSER DE L'AIR
LIFE ON MARS ?
MOTUS ANIMI CONTINUUS
LE DÉBUT DE LA FIN
LA CHALEUR DE L'USURE
RÉÉCRITURES
MAINMISE : THE MEDIUM IS THE MESSAGE
CRAAACK !
QUÉBEC CHASSE ET PÊCHE, LA PREMIÈRE DÉCENNIE
RUE NOTRE-DAME,1887
LE CRI WILHEM
LA VIE APRÈS LA MORT
DANS LA SALLE DE PRESSE
FANTOMATIQUE
À L'AFFÛT ET À L'ÉCOUTE
BARDA
LE BRUIT ET LE SILENCE
146 SECONDES D'ÉCOUTE
SUR LA CÔTE D'ABRAHAM
DE L'AUTRE CÔTÉ
POURQUOI MARCHER ?
THE END
ALLERS-RETOURS
RETOURNER SA VESTE
LA 132 SANS VOITURE OU PRESQUE
UNE SEPTIÈME LEÇON SUR LE SON ET LE SENS
AUTRES CONSIDÉRATIONS SUR LE TEMPS QUI PASSE
CHRONOLOGIE DE LA LENTEUR
PIANO PIECE #4
AU 18, RUE DE ...
DERNIER MOUVEMENT
6 CHEMINS D'UN LIT À L'AUTRE
5 LIVRES PRATIQUES
PASSAGES
PRENDRE LA PORTE
DES COURANTS D'AIR
SYSTÈMES DE SONS
DES LIGNES DE HAUTEUR
I.E
VERS LA POUBELLE
LES UNITÉS
2 MINUTES 23
IN/OUT
DANS LA POUBELLE
C.A.D
DÉCHIRURE
DYNAMO
SOUS-SOL
TRI-
DEUX-PIÈCES
LE LIT
L'ANGLE MORT
CODE D'ACCÈS
PARKING

   

TRI-, instalation in situ, enceinte acoustique, plexiglass, balle de styromousse,
socle, stroboscope, image imprimée, 2005

 

ARRIÈRE                 AVANT 1/2

Dispositif en trois morceaux qui interroge le point de vue du spectateur à travers le son, l’image et l’objet.

TRI- propose trois expériences perceptuelles autour du mouvement des objets dans le sport. À gauche se trouvait une enceinte audio posée au sol pointant le plafond. Le son d'un ballon qui rebondit jusqu'à s'immobiliser se faisait entendre en aller-retour. La séquence sonore provenait du seul endroit où il peut être émis: le sol lui-même. Il ne dérivait pas dans un sens ou dans l'autre comme d'habitude quand on joue à faire rebondir le ballon pour écouter le son que ça produit. Une écoute détachée de l'habileté qu'exige le geste. À la droite se trouvait une image posée en creux dans le fond d'un socle surélevé. L'image présentait un joueur de badminton les yeux cachés par la ligne supérieure du filet, dans l'angle mort de son adversaire en attente du retour de service. À ce jeu, si tu ne vois pas où porte le regard de ton vis-à-vis, tu ne sais pas du tout vers où anticiper, c'est plutôt déstabilisant et c'est la raison pour laquelle je crois que c'est interdit de se cacher les yeux derrière la ligne du filet. Moi je triche souvent. Dans cette partie de l'oeuvre, un stroboscope activait par intermittence l'image logée dans le socle. On avait l'impression que le joueur était en constant déplacement et qu'il tentait de nous déjouer, les yeux derrière la ligne du filet. Enfin, au centre du triptyque se trouvait une tige de plexiglass transparent remplie de balles de styromousse. La tige posée entre le sol et le plafond traversait l'espace en hauteur. Les balles s'y trouvaient logées de manière à suggérer le passage dans le temps d'un seule balle. L'élément sculptural représentait le court moment d'une traversée à vitesse variable. Comme les autres oeuvres de l'exposition Expo-Sport, TRI- ouvrait, à partir d'éléments du sport, à des préoccupations d'ordre sociale, affective, ici, perceptuelle.